Panier 0

Améliorer votre bien-être et votre croissance spirituelle

"Compassion, Liberté, Respect de la Vie, Non-Violence, et Tolérance"


Shopify secure badge
Vous êtes Protégé par Shopify (Site Vérifié - Cryptage des paiements avec le plus haut niveau des standards PCI)


Les pièges de l’accomplissement spirituel

On pourrait donner plusieurs définitions à la spiritualité. Elle est une expérience d’accomplissement personnel. Les gens suivent un chemin spirituel pour trouver un équilibre et être comblé dans leur vie. Car il faut bien l’avouer, l’argent ne fait pas le bonheur même si il y contribue.  Emprunter la voie de la spiritualité c’est se chercher pour essayer de comprendre le sens de la vie.

La spiritualité apporte un réconfort… spirituel mais, malheureusement, il arrive que celui qui la recherche  se perde. Il oublie l’Essentiel et se laisse distraire par d’autres concepts secondaires. 

 

 

Le piège de la perfection…

Nous sommes avant tout humains. C’est évident me rétorqueriez vous ? Et pourtant, certains hommes ou certaines femmes assimilent la conversion au bouddhisme à une prise d’une pilule magique curative de tous leurs défauts.

Emprunter un chemin spirituel c’est essayer de se libérer, autant que l’on peut, d’une (grande ?) partie de nos faiblesses. C’est chercher à appréhender le sens de la vie pour se faire du bien et faire du bien aux personnes qui nous entourent (Le corollaire étant d’éviter de se faire du mal et de faire mal).

Mais c’est un long chemin, tortueux, éprouvant pour l’impatient et la perfection n’est pas accessible (si un jour elle l’a été) à tous et à toutes. La perfection est un idéal, elle donne un cap, pas toujours facile à garder.

 

…Conduit au piège de l’intolérance

Il n’est pas rare que la personne qui se tourne vers la spiritualité et qui est convaincue d’atteindre la perfection au bout de quelques semaines ou de quelques mois, se met à juger son prochain du haut de son siège de juge de la perfection. Le bouddhisme (et d’ailleurs pas que le bouddhisme) prône la tolérance, le respect de l’opinion d’autrui (même si on est en désaccord). Le piège de la perfection peut ainsi provoquer une déviance majeure car, il peut éloigner le pratiquant bouddhiste du chemin de la tolérance et de la compassion.   

Changer les choses dans le bon sens ne signifie aucunement qu’il faille adopter le rôle d’un ministère civil accusateur, juge et bourreau des personnes qui n’ont eu le malheur que d’être humain : Avoir des défauts. On apprécie les gens pour leurs qualités mais on les aime pour leurs défauts : Une citation qui résume bien nos précédents propos.

 

Le détournement de la spiritualité vers des objectifs plus matériels

Lutter contre la vieillesse, se faire valoir etc. Autant d’objectifs malsains qui motivent certaines personnes à se développer spirituellement. Le pragmatique nous dira « peu importe ses motivations, tant que cela le ou la décide à entamer un voyage spirituel ». Mais une telle pensée est-elle en adéquation avec le bouddhisme, dont l’objectif est de pousser le pratiquant à chercher sa propre voie pour essayer d’atteindre l’Eveil et comprendre ainsi les choses au-delà des apparences qui peuvent être souvent trompeuses ?

Grande est la tentation de dire que celui ou celle qui a n’a besoin que de lutter contre les effets visibles de la vieillesse peut faire une séance de lifting (Il ou elle aura des résultats visibles au bout de quelques semaines).

 

Bracelet avec des Inscriptions Bouddhiques